Changements climatiques et migrations

“Et si votre communauté devait décider de quitter sa patrie pour toujours et sans aide ? C’est la réalité de la communauté polynésienne de Takuu, un petit atoll à faible altitude dans le Pacifique. À mesure que les submersions marines inondent les maisons déjà endommagées, la communauté Takuu connaît les effets dévastateurs du changement climatique. »

image FB copieprojection le mardi 12 décembre à 19h
au Phare à Uccle

Entrée libre

Le film pose le sujet des populations contraintes d’abandonner leur île et avec elle probablement leur culture.

 Quand on perd quelque chose de petit dans ce monde alors on perd beaucoup. — –

Le film sera suivi d’une discussion en compagnie de Maura Bulgheroni, doctorante FNRS qui fait actuellement une thèse interdisciplinaire en ethnoécologie. Son objectif est l’étude du changement climatique et de l’adaptation des populations locales. La recherche sur le terrain occupe pour elle une place prépondérante. Elle revient de l’Himalaya indien où elle a séjourné chez les « Gaddi » (bergers agro-pastoraux) semi-nomades de Bharmour en Himalaya (Himachal Pradesh, Inde du Nord).

Le festival HUGO
Cette projection est programmée en lien avec le festival Hugo qui s’est déroulé à Liège en novembre dernier, organisé par  l’Observatoire Hugo de l’Université de Liège, du nom du professeur Graeme Hugo (1946-2015). C’est la première structure de recherche au monde spécifiquement dédiée à l’étude des changements environnementaux et les migrations. L’Observatoire Hugo réunit des chercheurs et des praticiens des sciences sociales et des sciences de l’environnement, afin d’examiner les multiples liens qui existent entre migrations, changements de l’environnement, et politique(s).

Les migrations environnementales
L’étude des migrations environnementales est aujourd’hui un domaine de recherche en pleine expansion. On désigne par-là l’ensemble des mouvements de populations (forcés et volontaires) associés à des dégradations de l’environnement, que celles-ci soient brutales, comme des catastrophes naturelles ou industrielles, ou plus progressives, comme de nombreux impacts du changement climatique (désertification, aridification, hausse du niveau de la mer, etc.). Les dégradations de l’environnement sont aujourd’hui devenues un facteur majeur de migrations et de déplacements dans le monde : depuis 2008, les seules catastrophes naturelles ont déplacé en moyenne 26 millions de personnes chaque année, soit trois fois plus que les guerres et conflits. Cette question est devenue au cours des dernières années un sujet de préoccupation majeur des organisations internationales et des gouvernements, et a fait l’objet d’un nombre croissant de travaux de recherche, à la fois empiriques et théoriques. En octobre 2015, dans le cadre de l’Initiative Nansen (un processus intergouvernemental initié par la Suisse et la Norvège), 109 gouvernements ont adopté à Genève un agenda international de protection pour ces migrants. En décembre 2015, la COP21 a officiellement décidé de la création d’une task-force internationale pour traiter la question. Cette task-force a été constituée lors de la COP22 à Marrakech en 2016. Par ailleurs, les migrations sont aussi reconnues comme une possible stratégie d’adaptation aux impacts du changement climatique, et ont donc vocation à être discutées dans le cadre des négociations internationales sur le climat. Ce sera à nouveau le cas lors de la COP23 à Bonn.

Cet événement est le fruit d’un partenariat entre PointCulture, la bibliothèque – médiathèque d’Uccle Le Phare, l’IGEAT et l’ULB.

Advertisements

La fête des possibles

Bandeau

 

Le mode de vie moderne, fondé sur la croissance et l’abondance des combustibles fossiles, s’épuise. Différentes études se complètent pour conclure à la fin du modèle économique du capitalisme industriel, et ce, probablement avant la fin du XXIe siècle. Comme premiers signaux, les différentes crises qui se succèdent et se font échos : économiques, sociales, politiques, environnementales, etc.

Ce constat pousse à imaginer des alternatives et redéfinir des concepts clés comme le progrès, la prospérité et tout un système de valeurs. Il ne s’agit pas seulement de survivre aux changements climatiques et à la fin du pétrole mais de construire une société qui puisse mieux répondre aux besoins essentiels des humains, qu’ils soient physiques, psychologiques ou même spirituels.

Sur ce vaste chantier de réflexion et d’expérimentation, le citoyen occupe une place essentielle. Depuis plusieurs dizaines d’années, certains ont commencé à expérimenter des alternatives dans des domaines variés tels que l’économie, l’alimentation, l’énergie, la consommation, l’éducation, etc. Ensemble, ces initiatives concourent à provoquer un véritable bouleversement culturel par les changements de cadres qu’elles opèrent.

Pour découvrir, comprendre et soutenir ces initiatives, une Fête des possibles se tiendra en Belgique et en France du 18 au 30 septembre.

Activités dans les PointCulture

PointCulture soutient la fête des possibles et y participe à sa manière en proposant des activités qui interrogent notre rapport à la ville dans le cadre de sa thématique URBN.

Une journée entière consacrée à la ville poétique au PointCulture Liège

Un atelier de construction de mobilier urbain avec des matériaux de récupération au PointCultureNamur

Dix films à voir – et disponibles chez PointCulture

Ci-dessous, une sélection de dix films qui permettent de découvrir des initiatives dans des domaines variés (alimentation, énergie, mobilité, etc.), en Belgique et ailleurs, mais aussi d’aborder des questions de fond :

En quête de sens, un voyage au-delà de nos croyances (Nathanaël Coste et Marc de la Ménardière, 2015)

Demain (Mélanie Laurent et Cyril Dion,  2015)

Cultures en transition (Nils Aguilar, 2012)

La Possibilité d’être humain (Thierry Krugger et Pablo Girault, 2013)

L’Urgence de ralentir (philippe Borrel, 2014)

Sur les routes d’une Belgique sans carbone (Alexander Van Waes, 2015)

Les Liberterres (Jean-Christophe Lamy – Paul-Jean Vranken, 2009-2015)

Visions citoyennes 1 et 2 (Christophe Joly, 2013)

Tout s’accélère (Gilles Vernet, 2016)
Et bien d’autres en cours d’acquisition…

Et sur le web

On passe à l’acte : un site passionnant abritant des interviews de porteurs d’initiatives et des réflexions

Le Flipper de la transition : un web documentaire dynamique sur des initiatives de transition belges

Pour aller plus loin…

Outre l’intérêt évident qu’apportent les initiatives de transition en termes d’expérimentation pratique et d’innovation dans la conception d’une société sans pétrole, d’autres apports majeurs naissent de l’analyse des différents processus à l’œuvre dans la mise en place de ces alternatives : réflexion sur les méthodes de travail participatif, soin accordé aux processus émotionnels, remise en question des contextes culturels et historiques qui fondent une société, etc. Pour découvrir ces aspects, voici quelques références à consulter :

Une conférence filmée sur la collapsologie et la transition avec Pablo Servigne, co-fondateur du concept de collapsologie et Vincent Wattelet du réseau Transition belge lors d’une conférence donnée en juin 2017 au PointCulture Bruxelles dans le cadre de la thématique Nature Culture :

 

Un livre : Petit traité de résilience locale, en collaboration avec Agnès Sinaï, Raphaël Stevens, Hugo Carton, 2015, Éditions Charles Leopold Mayer.

Un article dans la revue Culture et Démocratie n° 44 de janvier 2017 sur l’imaginaire du futur avec Vincent Wattelet (réseau Transition) et Frédérique Müller (PointCulture) :

Une revue : le numéro 123 (septembre/octobre) de Imagine, demain lemonde – « Vivre en préparant la fin du monde »
Frédérique Müller


fete-des-possibles.org

RDV le 30 avril 2016 : Portraits d’agricultures

« Portraits d’agriculture »

Des portraits pour parler du monde paysan

 

Samedi 30 avril à partir de 15h au PointCulture de Liège

 

15h : Projection inédite du portait d’Olga Voglauer, productrice de lait, tiré du film « Les Liberterres » de Paul-Jean Vrancken et Jean-Christophe Lamy : Le lait des vaches d’Olga est vendu en filière courte. En refusant d’agrandir son cheptel et de dépendre des banques, elle défend une alternative au modèle agricole conventionnel. (durée 30 min)

 

15h30 : Pièce de théâtre documentaire « Nourrir l’Humanité, c’est un métier » de la compagnie Art et Tça avec Charles Culot et Valérie Gimenez : Pour comprendre le déclin de l’agriculture familiale, deux acteurs, dont un fils d’agriculteur, ont récolté les témoignages d’une réalité paysanne douloureuse. Dans l’ambiance d’une petite cuisine, ils incarnent sur scène ces agriculteurs. (durée 1h15)

 

16h45 : Discussion et  dégustation en présence des réalisateurs et comédiens pour discuter de l’agriculture qu’il s’agisse d’alternatives ou du système conventionnel.

 

Gratuit – réservation souhaitée au 02 737 18 51 ou frederique.muller@pointculture.be

recto flyer

RDV : L’agroforesterie à Haïti

agro haiti

Après-midi consacrée à Haïti au PointCulture de Liège le 19 décembre !

Divini A.I.S.B.L. présentera son projet de coopération Nord-Sud en Haïti. Celui-ci consiste en l’élaboration d’une ferme-concept par un partage de savoir entre agriculteurs belges et haïtiens, dans le but de maintenir et (re)développer une production alimentaire locale, durable et auto-suffisante.

À cette occasion sera projeté le film-documentaire “Bousse Nabab – les Maîtres Chèvres” dont le personnage central n’est autre que Rémy Schiffeleers, chevrier à Alken et partenaire de l’association Divini. Ce film illustrera un bel exemple d’une collaboration Nord/Sud. Par ailleurs, des agriculteurs haïtiens témoigneront de leurs expériences sur le terrain. Comme cerise sur le gâteau, Divini proposera une dégustation de fromage de chèvre local et son bar à cocktails.

—————————

Programme détaillé

—————————

16h
Le Divini-Bar propose des boissons haïtiennes comme des cocktails de fruits, ti punch et café.

16h30
Projection du film « Bousse Nabab – les Maîtres Chèvres ».

Réalisateur : Jean-Christophe Lamy et Paul-Jean Vranken
Année : 2014
Pays : Belgique
Type : Documentaire
Durée : 35min

17h05
Témoignage d’agriculteurs haïtiens en formation en Belgique.

17h35
Bar et dégustation de fromage de chèvre produit par Remy Schiffeleers. Ce dernier pratique depuis plus de 30 ans un élevage en circuit fermé ; production de la nourriture pour les chèvres, transformation complète de la traite en fromage, amendement des terres par le fumier.

Entrée libre

lieu : http://liege.pointculture.be/

 

Salon des Médias Alternatifs de Namur

PointCulture et sa collection Environnement sera présente au salon des médias alternatifs de Namur le vendredi 13 novembre !

Venez découvriafficheMAAMr nos outils et nos collections dont les projets Beat Bang et Belgium Underground, nos activités sur le thème “Colonies, héritages et tabous” et nos publications sur l’alimentation et le climat dans le cinéma !

de 10h à 20h

8, boulevard du Nord à Namur

entrée libre

#MAAM

Festival AlimenTERRE – édition liégesoise

Aux côtés d’autres asbl, PointCulture a participé à la première édition liégeoise du festival AlimenTERRE.

Des projections et des rencontres, le tout proposé avec une dégustation d’apéritifs préparés lors d’un atelier cuisine… le résumé en images de la journée de samedi consacrée au thème : Liège nourrit Liège est ici !

RDV : Salon de l’Education

lodo salon

PointCulture et la Collection Education à la Nature et à l’Environnement participe au Salon de l’Education à Charleroi. Venez rencontrer l’équipe et découvrir nos outils !

Vous pourrez notamment découvrir le tout nouveau numéro de la collection Repérages consacré au nucléaire à notre stand mais aussi lors d’une conférence, jeudi à 12h15, Forum Sud.

Infos pratiques générales ici.

frederique muller salon educ

A bientôt !

RDV : Le Festival AlimenTERRE à Liège

Le Festival AlimenTERRE débarque à Liège les 21 & 24 octobre !

La collection Environnement de PointCulture, aux côtés d’autres associations, participe à cet évènement !

flyer_alimenterre_liege_2015_Page_1

Un moment d’information et d’échange de tous ceux qui s’intéressent aux enjeux alimentaires et agricoles dans le monde, le Festival de films AlimenTERRE est organisé pour la première fois à Liège.

Une quinzaine d’organisations se sont mobilisées pour proposer un programme riche durant deux jours : deux films de qualité suivi de débats en présence d’experts, mais aussi une exposition, un atelier cuisine, des dégustations et une foire des initiatives locales pour découvrir des alternatives agricoles et alimentaires à Liège.

Un événement co-organisé par Autre Terre, Barricade, Beau Mur, Casa Nicaragua, Centre culturel des Chiroux, CNCD-11.11.11, Crié/Éducation à l’environnement, Divini, Ecolo J, Frères des Hommes, PointCulture, Solidarité Mondiale, SOS Faim et Univers Sud.

flyer_alimenterre_liege_2015_Page_2

Mercredi 21/10 – Centre culturel des Chiroux

18h – Exposition commentée “Tous pour tous” et mise en bouche à base de produits locaux
19h – Projection du film “Food Chains” (Sanjay Rawal, 82′, États-Unis)
20h30 – Débat “Quel est le coût humain de notre système alimentaire ?” en présence de Benoît Olivier (Miel Maya Honing), Sara Vigil (CEDEM-ULG) et Serge Pereboom (Mouvement d’Action Paysanne).
Modération par Hugues Dorzée, rédacteur en chef de Imagine Demain le Monde.

Samedi 24/10 – Crié de Liège

15h – Atelier cuisine (inscription obligatoire)
18h – Dégustation et foire des initiatives locales
19h – Projection des films “Remuer la terre, c’est remuer les consciences” (Eric Oriot,15′, FR) et “Semer le futur” (15′, Liège)

20h – Débat “Liège nourrit Liège : un rêve ou une réalité ?”, en présence de Christian Jonet (coopérative Les Compagnons de la Terre), Sarah Rémy (maraîchère au Jardin de la Fouarge) et Philippe Caprioli et Pierre Ozer (boulangerie Un pain c’est tout et coopérative Circouloc).
Modération par Emilie Thomas (Inter-GAC/Beau Mur).

Infos pratiques
Retrouvez le programme complet (trailers des films, thèmes des débats, etc.) sur http://www.festivalalimenterre.be
L’accès aux deux soirées est à prix libre. Inscription obligatoire pour l’atelier cuisine : 04/250 75 10

Centre culturel des Chiroux : Place des Carmes, 8 – 4000 Liège
Crié : Parc du Jardin Botanique, rue Fusch, 3,4000 Liège

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑