Publication : Le climat sous les projecteurs

brochure_Cover-2 copie

Des sélections commentées de documentaires pour mieux comprendre le fonctionnement et le dérèglement de la machine climatique et des analyses de films de fiction pour identifier et comprendre les représentations que le cinéma à la fois véhicule et participe à construire autour des changements climatiques.

PointCulture met à disposition des documentaires et des fictions sur le thème du climat et propose cette brochure gratuite (108 pages) qui rassemble des sélections commentées de films et des analyses pour identifier les représentations que le cinéma à la fois véhicule et participe à construire sur les changements climatiques.

Pour cette réflexion, nous avons placées les films sous le regard expert de scientifiques : Jean-Pascal van Ypersele (climatologue et vice-président du GIEC de 2008 à 2015) et Valérie-Masson Delmotte (paléo-climatologue et co-présidente au sein du GIEC pour le groupe de travail n°1) ; de Jean-Baptiste Fressoz (historien des sciences) et de spécialistes l’Education aux médias de Média Animation et de conseillers de PointCulture.
Brochure consultable et téléchargeable sur le site de PointCulture : http://pointculture.be/files/website-files/14/ec/f1/brochure_climat.pdf

& Disponible gratuitement en format papier dans tous nos PointCulture et Médiathèque (www.pointculture.be) ou sur simple demande à frederique.muller@poinculture.be

teaser video

Advertisements

Des abeilles et des pesticides

abeille-couleur @clotilde goubely copie“Des abeilles et des pesticides”

Projections et activités du 20 au 28 mars

à Louvain-la-Neuve, Liège et Bruxelles (Uccle)

 

 

Dans le cadre de la semaine sans pesticides organisée du 20 au 30 mars 2015, PointCulture propose plusieurs activités :

– une série de projections du film « La reine malade » : un très beau témoignage d’un la reine malade couvapiculteur canadien qui raconte sa vision du métier et aspire à une agriculture mieux intégrée à l’environnement ais aussi au tissu social.

– Et puis, pour mettre en lien le film avec son contexte, nous avons invité toute une série d’asbl et d’apiculteurs pour en savoir plus sur les abeilles, les menaces qui pèsent sur elles et réfléchir aux pratiques agricoles en général.

L’on pourra donc en fonction du lieu : Observer des abeilles dans une ruche vitrée, boire de l’hydromel, écouter des contes, assister à une conférence ou à un spectacle, construire un hôtel à insecte, découvrir des alternatives à l’utilisation des pesticides, etc.

Programme complet :

Liège – Mercredi 25.03

15h10 : « L’abeille, sentinelle de l’environnement », conférence sur les causes de disparition des abeilles par Didier Brick, biologiste et apiculteur, collaborateur du Service d’Ethologie de l’ULg, actif au sein des Amis de la Terre, formateur à la Fédération Liégeoise d’Apiculture et consultant dans le cadre du Plan Maya de la Ville et de la Province

16h45 : Bar à bières artisanales au miel, dégustation et vente de miel en présence des apiculteurs Xavier Mossoux et Philippe Meloni (BeeGold) accompagné de ses abeilles dans leur ruche vitrée !

Liège – Vendredi 27.03

15h15 : Projection du film « La reine malade », témoignage d’un apiculteur canadien qui défend un modèle d’agriculture mieux intégré à l’environnement mais aussi au paysage et au tissu social

16h50 : « Le monde des abeilles », une animation en 10 points pour découvrir les abeilles avec du matériel apicole et des éléments ludiques par Sylvie Decerf, guide nature

17h30 : Bar à bières artisanales au miel, dégustation et vente de miel en présence de Philippe Meloni, apiculteur chez BeeGold, accompagné de ses abeilles dans leur ruche vitrée !

De 15h à 19h : Dégustation de gaufres et d’hydromel avec la Confrérie du Grand Apier de Tilff

Uccle – Du 23.03 au 28.03

Exposition de Natagora sur le jardin au naturel par le dessinateur Servais : récolte d’eau de pluie, alternatives aux pesticides, aménagements naturels : compost, mare, haie, nichoirs, etc.

Uccle – Jeudi 26.03

19h : Projection du film « La reine malade », témoignage d’un apiculteur canadien qui défend un modèle d’agriculture mieux intégré à l’environnement mais aussi au paysage et au tissu social

20h30 : conseils et astuces avec Natagora sur les alternatives aux pesticides et dégustation de miel

Uccle – Samedi 28.03

14h : Mot d’introduction par Bruxelles Environnement (IBGE) en présence de la Ministre Bruxelloise en charge de l’Environnement.

14h-17h : Ateliers proposés à un public familial :
– lecture et contes à partir de 3 ans sur l’eau et les abeilles par Roxane Ca’Zorzi (de 14h à 15h)
– construction de nichoirs à insectes avec l’asbl Natagora en collaboration avec le Comité de Quartier Floride-Langevelt (de 15h à 17h)
– animation autour de l’eau à Bruxelles par l’asbl Natagora en présence de la fontaine de Vivaqua (de 16h à 17h)

14h30-16h00 : Spectacle/conférence « Graines de Voyous » : à la croisée de la conférence et du théâtre, une rencontre avec la végétation sauvage par l’asbl Ecoscénique – spectacle pour adulte avec prise en charge des enfants aux ateliers proposés – Réservation souhaitée à natureaujardin@natagora.be

Présence des associations :
– Apis Bruoc Sella (discussion sur la protection des abeilles et de l’usage des pesticides)
– Worms et les Maîtres Composteurs (conseils sur le compost)
– Natagora (conseils pour un jardin au naturel et présentation du Réseau Nature)
– et dégustation de miel avec Bernard Delforge, apiculteur et membre de la SRABE

Louvain-la-Neuve – Jeudi 26.03

18h : Projection du film « La reine malade », témoignage d’un apiculteur canadien qui défend un modèle d’agriculture mieux intégré à l’environnement mais aussi au paysage et au tissu social

19h30 : Dégustation et vente de miel en compagnie de l’apiculteur Claude Englebert et des asbl BeeLife et CARI pour en savoir davantage sur le sort des abeilles

Programme ici et

Le zeste qui compte

Du plat débordant de graisses luisantes et de résidus chimiques à l’appétissante assiette colorée de légumes de saison, en passant par le plaisir d’un carré de chocolat croquant sous la dent, PointCulture vous propose avec le « Zeste qui compte » de s’informer, réfléchir et s’amuser sur le thème de l’alimentation.

Image

Ce que nous mettons dans nos assiettes, ce sont des vitamines, des minéraux et des protéines, un peu trop de sel parfois, trop de graisse souvent et au passage quelques résidus de pesticides.

Ce sont aussi des saveurs, des odeurs, des textures et des couleurs, fruits de plusieurs heures de travail en cuisine ou réchauffés quelques secondes au four à micro-ondes, faute de temps, d’inspiration ou d’envie.

Ce sont encore des histoires, celles dont on se souvient, celles qu’on transmet à ses enfants, celles que la société véhicule à travers les modes de production et de consommation, celles d’une civilisation.

Ce sont enfin des habitudes, des contraintes, des valeurs, des choix, des croyances et des questions aussi.

 

PointCulture propose ici une sélection de formes et de propos variés : de l’enquête au documentaire sonore, des chants de travail au cinéma de fiction, des films, des documentaires et des musiques, accompagnés d’interviews de réalisateurs, d’analyses, de réflexions et de quelques recettes et fiches pratiques. Le tout pour déconstruire, reconstruire, réinvestir l’imaginaire de la nourriture et se réapproprier les représentations afin de retrouver le goût du choix et le plaisir du goût.

 

Disponible sur notre site et en format papier dans les Médiathèques/PointCulture

Requin en eaux troubles

Les cinéastes ont toujours eu recours à des procédés audiovisuels et narratifs pour livrer aux spectateurs une vision personnelle de l’animal et dela nature. Au-delàdu contenu scientifique, ils créent un espace de narration, de projections et de fantasmes. Démonstration avec le requin :

Mythe du grand blanc mangeur d’hommes, simple maillon d’un écosystème ou aileron saillant, rien n’est tout à fait faux, mais tout est partiel. Le film documentaire travaille sur du matériel issu de la réalité mais il n’en livre qu’un fragment, un point de vue, une interprétation. Dans Tueurs nés, images floues, gros plans sur les dents et images de synthèses annotées comme les plans d’un sous-marin militaire, le requin n’est que mâchoire prédatrice. Même propos dans Requins tigres, la peur bleue. La caméra glisse sur un fond marin et suggère la menace imminente d’une attaque tandis que des enfants insouciants jouent dans une eau peu profonde. On ne voit pas le requin mais ses victimes potentielles suivies d’une série de témoignages… surfeurs mordus et bouts de jambes perdus. Le montage laisse libre court à l’imagination et à l’empathie. La série didactique C’est pas sorcier tente une réconciliation avec l’animal. Dans l’épisode Ces bêtes qui nous font peur, le requin est représenté dans son entièreté et de manière plus abstraite en faisant appel à une maquette. La distance est posée. Il ne s’agit pas d’une confrontation émotionnelle. Quand viennent les images sous-marines, rien n’isole les plongeurs des poissons. Pas de lourdes cages métalliques, ni de procédés de montage stupéfiants dans ces longs plans larges et fixes. Hommes et poissons nagent côte à côte, ils font partie d’un tout, dans le cadre comme dans la nature. Dans La planète bleue, c’est la réaction des autres poissons qui est filmée. La peur est là, mais ce n’est plus la nôtre, c’est celle du règne animal dont nous aimons nous sentir détachés. A chaque film, son morceau de vérité. Les genres cinématographiques, aux frontières floues et poreuses, s’hybrident et s’interpellent. Ainsi, le requin sanguinaire de Jaws, mis en scène grâce à une série de maquettes dont la remarquable « Bruce », se mue en végétarien repenti du même nom, leader d’un groupe de parole en quête d’une nouvelle image dans Némo. Ce mythe fictionnel originel de Jaws constitue probablement un élément fondateur dans la représentation collective du requin, inspirant par la même occasion de nombreux cinéastes animaliers. La définition de l’animal est une construction complexe faite de science autant que de représentations fantasmatiques et imaginaire.

Retrouvez ce texte dans le magazine Détours n4 et une exploration du thème à travers l’ensemble du cinéma animalier, avec les 3 épisodes du texte “Les films anilaliers sont tous des faux” sur ce blog, un texte rédigé dans le cadre d’un travail collectif au sein de la Médiathèque sur le thème ” Faux et joussance de faux” .

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑