Le muséum, lieu de conservation et de mise en scène

Récoltés, conservés, étudiés mais aussi restaurés et mis en scène, les objets du muséum d’histoire naturelle racontent des histoires plurielles.

A la Renaissance, des spécimens étranges rapportés des quatre coins du monde, animaux empaillés, coraux et insectes, côtoyaient des gravures, médailles et autres objets de l’Antiquité au sein de collections privées. L’ancien, le bizarre et l’inédit dialoguaient alors autour du secret de la création dans un imaginaire du fantastique. Mais à la fin du XVIIIe siècle, les artificialia sont distingués des naturalia. Les premiers, considérés comme objets d’art, sont confiés aux musées tandis que les seconds, devenus objets de science, sont adressés aux muséums (1). La recherche de l’accidentel et de la charnière entre les règnes s’estompe devant le désir encyclopédique et systématique qui émerge au XVIIIe siècle. Le cabinet de curiosité devient lieu d’étude conçu pour des savants puis musée moderne destiné à l’éducation des visiteurs au XIXe siècle. C’est à cette époque, au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, que Buffon transforme par exemple le Jardin des Plantes pour l’agrandir et l’enrichir via un vaste réseau de collecteurs puis l’ouvre au public (2).

Cette évolution du muséum s’accompagne de changements dans la présentation des animaux. Autrefois naturalisé pour évoquer le bizarre, puis dans des postures de prédation pour raconter le sauvage et le dangereux, l’animal prend aujourd’hui calmement la pose pour illustrer l’évolution ou sensibiliser à la préservation de la biodiversité (3). Avec le nouveau millénaire, aux missions de conservation et de recherche, s’ajoute la mission de communication redonnant ainsi un souffle nouveau aux musées devenus aujourd’hui un dispositif symbolique fort de mise en scène des questions sociales, culturelles et scientifiques. Ainsi pour le muséum de Strasbourg, l’objectif n’est pas d’expliquer la science mais de susciter un dialogue entre l’animal et le visiteur (4).

Lire aussi : Au muséum, le mort est vif

 

 

Références Médiathèque/PointCulture :

–          (1) Beauté animale – TC0861

–          (2) Buffon, le penseur de la nature – TP1411

–          (3) Un animal, des animaux – TO5322

–          (4) Animal muséum – TE0361

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: