Le nucléaire : à quand une vraie remise en question ?

Après le violent séisme et surtout le tsunami qui ont frappé le Japon ce vendredi11 mars, le pays est placé en état d’alerte nucléaire (niveau 6 sur une échelle de 7). Le système de refroidissement de plusieurs réacteurs est touché. On constate déjà des niveaux de radiations beaucoup plus élevés que la normale autour des centrales. Ont déjà été relâchés dans l’atmosphère, des bouffées d’air et de l’eau de mer contaminés pour tenter de refroidir en urgence les réacteurs. La situation n’est toujours pas stabilisée.

Voilà qui est, une fois de plus, l’occasion de s’interroger sur les risques liés à l’utilisation de l’énergie nucléaire et à la prolifération des centrales. N’en déplaise à certaines personnalités politiques qui réclament un « délais de décence » pour éviter un débat sur le nucléaire sur la place publique. Si les accidents les plus graves ne sont pas l’occasion de repenser les modèles, alors que faut-il attendre ?

L’utilisation du nucléaire reste problématique partout. Elle pose de nombreux problèmes auxquels personne ne peut apporter de réponse vraiment satisfaisante pour le moment (privatisation de l’énergie, stockage des déchets, sécurité des centrales, conditions de travail, exploitation de l’uranium, accès à l’energie dans le monde, etc.) . Que ce soit en raison de la surpuissance d’un lobby politico-financier ou de la fascination de l’Homme pour une technologie puissante, il semble que le nucléaire soit solidement épargné de toute remise en question.

Il est devenu vert quand le réchauffement climatique a pris le devant de la scène des préoccupations environnementales, oubliant au passage l’énorme quantité de CO2 nécessaire à l’exploitation de l’uranium. Il est devenu vert malgré l’insoluble problème des déchets radioactifs … Voilà une technologie qui pousse les responsables à s’engager de manière irréaliste sur des échelles de temps vertigineuses (de quelques dizaines d’années à plusieurs millions d’années en fonction des déchets) et face à des risques imprévisibles (catastrophes naturelles, attaque terroriste, erreur humaine, défaillance technique, etc.). Tel que le mettent en évidence de nombreux documentaires, cette technologie s’accompagne par ailleurs d’une série de tabous, de discours obscurs, de décisions secrètes, etc. Des élus locaux, jusqu’au plus sommet de la pyramide politique, personne ne semble maitriser vraiment les aspects scientifiques du sujet (cf Déchets, le cauchemar du nucléaire – TM2411 et  Au pays du nucléaire – TM1221), les décisions ne se prennent pas là.

Quelques documentaires pour réfléchir :

Déchets, le cauchemar du nucléaire – TM2411 : Une enquête passionnante  et très bien réalisée sur la réalité du recyclage et du trainement des déchets nucléaires. L’investigation suit le parcours des déchets depuis la France jusqu’en Russie et amène progressivement à corriger de manière radicale le pourcentage officiel du taux de recyclage du combustible usagé qui passe de 96 % à 10 %. Le documentaire amène aussi une réflexion sur les motivations politiques qui ont poussé à opter pour le choix du nucléaire.

Au pays du nucléaire – TM1221 : Un documentaire critique sur la gestion des déchets radioactifs en France. La réalisatrice s’est particulièrement intéressée au point de vue des habitants de la Hague, le site le plus nucléarisé au monde. On déplore l’omniprésence du secret et du tabou qui pèse dans les discussions. On peut se demander comment garantir la sécurité de ces déchets sur le très long terme. La dernière scène du documentaire semble apporter un élément de réponse en interrogeant le responsable du cimetière local au sujet de l’ancienneté des sépultures. Non, il n’y a sans doute pas de tombes qui datent de plus de 300 ans ici. Même les familles peuvent oublier leurs morts après quelques décennies. Alors quid de sites d‘enfouissements secrets portant le nom opaque de : Centre de la Manche ?

La bataille de Tchernobyl– TM1331 : Un documentaire très humain qui retrace toutes les étapes de la gestion de l’accident de la centrale de Tchernobyl à l’aide d’images d’archives inédites et d’interviews. On y découvre le journal de l’accident et des étapes qui ont conduit à la construction du sarcophage actuel, bâti grâce au sacrifice des « liquidateurs ».

Energie, le futur à contre courant – TM3770 : Un très bon documentaire tant sur le fond que la forme qui propose une réflexion sur les énergies propres sur un ton enthousiaste et positif. Il fait la promotion d’un bouquet énergétique vert et diversifié tout en concluant sur la remise en question de nos modèles actuels.

Nucléaire, faut-il continuer ? – TM2141 : Un numéro de « Complément d’Enquête » sur ce que cache le lobby du nucléaire. A l’heure où plusieurs pays d’Europe cherchent une alternative au « tout nucléaire »… L’émission pose la question taboue de la gestion des déchets, du démantèlement des sites, du véritable coût de l’électricité en France et du peu d’attrait pour les énergies renouvelables.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: