RDV le 30 avril 2016 : Portraits d’agricultures

« Portraits d’agriculture »

Des portraits pour parler du monde paysan

 

Samedi 30 avril à partir de 15h au PointCulture de Liège

 

15h : Projection inédite du portait d’Olga Voglauer, productrice de lait, tiré du film « Les Liberterres » de Paul-Jean Vrancken et Jean-Christophe Lamy : Le lait des vaches d’Olga est vendu en filière courte. En refusant d’agrandir son cheptel et de dépendre des banques, elle défend une alternative au modèle agricole conventionnel. (durée 30 min)

 

15h30 : Pièce de théâtre documentaire « Nourrir l’Humanité, c’est un métier » de la compagnie Art et Tça avec Charles Culot et Valérie Gimenez : Pour comprendre le déclin de l’agriculture familiale, deux acteurs, dont un fils d’agriculteur, ont récolté les témoignages d’une réalité paysanne douloureuse. Dans l’ambiance d’une petite cuisine, ils incarnent sur scène ces agriculteurs. (durée 1h15)

 

16h45 : Discussion et  dégustation en présence des réalisateurs et comédiens pour discuter de l’agriculture qu’il s’agisse d’alternatives ou du système conventionnel.

 

Gratuit – réservation souhaitée au 02 737 18 51 ou frederique.muller@pointculture.be

recto flyer

Posted in agriculture, alimentation, RDV | Tagged , , , , | Leave a comment

Festival ImagéSanté

Retrouvez les films “Environnement” que j’ai sélectionnés pour vous pour le Festival ImagéSanté de Liège http://www.imagesante.be ! Des films en sélection documentaire et d’autres pour une journée spéciale “santé et environnement” dans une optique plus éducative.

Posted in Non classé | Leave a comment

Nos pages Facebook

Pour nous suivre sur Facebook, 3 pages ont été créées 😉

Ces 3 grands chapitres ont été initiés suite à la parution d’une brochure sur chacun de ces thèmes. Elles sont toujours disponibles en version papier et dans tous nos centres PointCulture (Belgique).

versions web ici

A bientôt !

 

Posted in Non classé | Leave a comment

RDV : L’agroforesterie à Haïti

agro haiti

Après-midi consacrée à Haïti au PointCulture de Liège le 19 décembre !

Divini A.I.S.B.L. présentera son projet de coopération Nord-Sud en Haïti. Celui-ci consiste en l’élaboration d’une ferme-concept par un partage de savoir entre agriculteurs belges et haïtiens, dans le but de maintenir et (re)développer une production alimentaire locale, durable et auto-suffisante.

À cette occasion sera projeté le film-documentaire “Bousse Nabab – les Maîtres Chèvres” dont le personnage central n’est autre que Rémy Schiffeleers, chevrier à Alken et partenaire de l’association Divini. Ce film illustrera un bel exemple d’une collaboration Nord/Sud. Par ailleurs, des agriculteurs haïtiens témoigneront de leurs expériences sur le terrain. Comme cerise sur le gâteau, Divini proposera une dégustation de fromage de chèvre local et son bar à cocktails.

—————————

Programme détaillé

—————————

16h
Le Divini-Bar propose des boissons haïtiennes comme des cocktails de fruits, ti punch et café.

16h30
Projection du film « Bousse Nabab – les Maîtres Chèvres ».

Réalisateur : Jean-Christophe Lamy et Paul-Jean Vranken
Année : 2014
Pays : Belgique
Type : Documentaire
Durée : 35min

17h05
Témoignage d’agriculteurs haïtiens en formation en Belgique.

17h35
Bar et dégustation de fromage de chèvre produit par Remy Schiffeleers. Ce dernier pratique depuis plus de 30 ans un élevage en circuit fermé ; production de la nourriture pour les chèvres, transformation complète de la traite en fromage, amendement des terres par le fumier.

Entrée libre

lieu : http://liege.pointculture.be/

 

Posted in agriculture, alimentation, Non classé, RDV | Leave a comment

Publication : Le climat sous les projecteurs

brochure_Cover-2 copie

Des sélections commentées de documentaires pour mieux comprendre le fonctionnement et le dérèglement de la machine climatique et des analyses de films de fiction pour identifier et comprendre les représentations que le cinéma à la fois véhicule et participe à construire autour des changements climatiques.

PointCulture met à disposition des documentaires et des fictions sur le thème du climat et propose cette brochure gratuite (108 pages) qui rassemble des sélections commentées de films et des analyses pour identifier les représentations que le cinéma à la fois véhicule et participe à construire sur les changements climatiques.

Pour cette réflexion, nous avons placées les films sous le regard expert de scientifiques : Jean-Pascal van Ypersele (climatologue et vice-président du GIEC de 2008 à 2015) et Valérie-Masson Delmotte (paléo-climatologue et co-présidente au sein du GIEC pour le groupe de travail n°1) ; de Jean-Baptiste Fressoz (historien des sciences) et de spécialistes l’Education aux médias de Média Animation et de conseillers de PointCulture.
Brochure consultable et téléchargeable sur le site de PointCulture : http://pointculture.be/files/website-files/14/ec/f1/brochure_climat.pdf

& Disponible gratuitement en format papier dans tous nos PointCulture et Médiathèque (www.pointculture.be) ou sur simple demande à frederique.muller@poinculture.be

teaser video

Posted in climat, interview, publications | Leave a comment

Salon des Médias Alternatifs de Namur

PointCulture et sa collection Environnement sera présente au salon des médias alternatifs de Namur le vendredi 13 novembre !

Venez découvriafficheMAAMr nos outils et nos collections dont les projets Beat Bang et Belgium Underground, nos activités sur le thème “Colonies, héritages et tabous” et nos publications sur l’alimentation et le climat dans le cinéma !

de 10h à 20h

8, boulevard du Nord à Namur

entrée libre

#MAAM

Posted in RDV | Leave a comment

Le monde après Fukushima

Monde_Apres_Fukushima couv

Au bout de la route qui sillonne les paysages tranquilles et les petites villes abandonnées, un énorme dosimètre annoncé par le commentaire. « La radioactivité fait désormais partie du paysage, imposant son règne lourd, obtus et indifférent ».

Nous sommes à 50 km de la centrale de Fukushima, un an après le tsunami et l’accident nucléaire. Les familles sont à l’affût de conseils leur permettant de se protéger de la radioactivité, s’efforçant de déceler l’invisible. Les enfants, un dosimètre au cou, jouent dans la cour d’une école, cernés par un mur dérisoire de bouteilles d’eau censé absorber les éléments radioactifs. La beauté des arbres en fleurs ne fait pas oublier la menace : les délicats pétales roses et blancs, le vent qui les transporte et les dépose sur un sol couvert de mousse, tout est contaminé. Doucement, banalement, la pollution radioactive intègre le quotidien. Plus loin, une femme raconte que « Vivre ici c’est essayer au jour le jour de vivre mieux ». Le film interroge la capacité de l’humain à vivre avec le danger, avec l’exposition.

Un pêcheur évoque la présence des stèles qui ponctuent la côte. Elles ont été posées là, il y a parfois près de 600 ans. Pour se souvenir de la montée des vagues lors des tsunamis, elles sonnent de concert comme une injonction : ne pas construire plus bas. Pourtant, avec le temps, les maisons redescendent, oubliant l’avertissement des stèles. « On finit par oublier ».

Sur des kilomètres, il ne reste que des charpentes de bâtiments sans murs, sans toit, vidées, des bateaux emportés jusqu’à 10 kilomètres à l’intérieur des terres, après avoir éventré les villes sur leur passage. Un sociologue qualifie notre époque de société du risque planétaire et explique qu’il s’agit là d’une catastrophe illimitée dans le temps et l’espace, matériel et social. Toutes les victimes ne sont même pas encore nées.

Mais tous ne se résignent pas. Certains voudraient, face à l’accident de Fukushima, assister à la chute d’un modèle économique et politique. La population, profondément touchée, livre à la caméra, ses émotions, ses souvenirs, son analyse et ses critiques à l’égard d’un gouvernement accusé d’avoir tenté de minimiser la situation plutôt que de réduire les risques. Une feuille à la main, un poète lit : « L’humanité se vole parfois à elle-même le droit de contempler le crépuscule ». Au milieu des arbres fleuris qui poussent au pied des montagnes, entre les branches des cerisiers de Fukushima, naît tout de même l’espoir que les voix s’élèvent assez fort pour se faire entendre. Certains voient dans la réaction de la population japonaise une prise de conscience de la chute d’un régime politique archaïque. L‘accident révélerait un changement de société latent depuis les années 2000 au sein d’une population moins passive et confiante à l’égard des autorités. Le film raconte ainsi l’impact de l’accident de 2011 sur la population locale mais aussi sur la société japonaise.

le site du film

les films qui parlent de l’énergie nucléaire disponibles chez PointCulture

Posted in accident, énergie, j'aime !, nucléaire, pollution | Tagged , , , | Leave a comment